Étiquettes

, , , , , , , ,

LLHSDDAttention, lecteur prude s’abstenir!

Parce qu’il faut parfois savoir faire preuve d’ouverture d’esprit, j’ai osé ouvrir une BD à la couverture plutôt suggestive et pourtant placée dans la sélection historique du rayon BD de la FNAC de Lille: Ludivine, L’Histoire sans dessous… dessous!

Je pensais la reposer après quelques secondes, blasée par un humour potache voir salace mais finalement j’ai dévoré cet album à l’humour osé certes mais assez inventif sur la thématique historique. Dans son genre, l’ensemble est plutôt original et réussi. Il faut dire que cet album hors-norme est édité chez une maison qu’on ne présente plus pour la BD historique: Glénat.

Ce n’est pourtant pas la première fois qu’un éditeur se prête à ce type d’exercice puisque Fluide Glacial sort régulièrement des hors-séries ou des one-shots très décalés même si beaucoup moins « plantureux » graphiquement.

LLHSDD1LLHSDD2

  Certes, le style demeure fidèle à ce que le dessinateur, Dany, a pu réaliser précédemment, notamment pour la série Blagues coquines chez Joker Editions. De plus, l’héroïne est régulièrement dénudée lorsqu’elle n’est pas nue. Enfin, la trame n’est pas non plus très fouillée: « Ludivine, jeune, blonde et séduisante, rédige sa thèse sur l’influence du sexe sur le cours de l’Histoire. Mais à travers l’écran de son ordinateur, elle se retrouve mystérieusement projetée dans le passé, précisément à la rencontre des événements et des personnages qu’elle étudie ! De la préhistoire à l’assassinat de Jules César, en passant par la Guerre de Cent ans ou la Prise de la Bastille, Ludivine va découvrir que c’est bien souvent elle qui, par ses charmes, va être à l’origine de grands bouleversements… Resté dans le présent, son ami Jean-Baptiste va-t-il parvenir à la faire revenir ?« 

Pourtant, je trouve qu’on se laisse assez facilement prendre au jeu, les enchaînements  sont efficaces et bien cadencés, de manière à ne pas lasser le lecteur. L’atmosphère de chaque époque est bien sentie. Surtout, il faut connaître un minimum l’Histoire et ses anecdotes pour apprécier pleinement les épisodes dont l’issue intervient de manière inéluctable malgré quelques entorses et/ou fantaisies passagères.

Mon coup de coeur de l’album va à la légende noire du maréchal Grouchy à Waterloo. Lui que Napoléon blâme pour son retard jugé décisif dans la défaite, ne marche pas au son du canon pour venir en aide au gros de l’Armée impériale. « Le maréchal Grouchy avec 34 000 hommes et 108 pièces de canon a trouvé le secret qui paraissait introuvable de n’être, dans la journée du 18, ni sur le champ de batallle de Mont-Saint-Jean: ni sur Wavre… La conduite du maréchal Grouchy était aussi imprévoyance que si, sur sa route, son armée eût éprouvé un tremblement de terre qui l’eût engloutie » (Mémorial de Saint-Hélène). Grouchy aurait été tout occupé à déguster un dessert de fraises, en guise de pause gourmande, chez un notaire à la ferme Marette, à Walhain.

LLHSDD3

Le marquis Emmanuel de Grouchy

LLHSDD4

LLHSDD5

LLHSDD6

LLHSDD8

©Glénat

Un one-shot qui devrait appeler une ou plusieurs suites. A lire pour sourire et rire sans se prendre au sérieux.

1 – Ils en parlent

2 – Interview du dessinateur Dany

Publicités