Mots-clefs

, , , , , ,

ANEDAÉcrire sur la guerre d’Algérie ou les « évènements » (qualificatif jusqu’en 1999) n’est pas chose aisée tant le sujet est sensible aujourd’hui encore.

Pourtant, au travers de ce oneshot voilà le défi que relève Alain Bonet, pied-noir (3ème génération) d’origine espagnole en transposant ses souvenirs d’enfance.

La forme est relativement classique et le récit se déroule du point de vue de 3 enfants de confessions différentes: un chrétien, un juif et un musulman. Tout ce petit monde vit en bonne intelligence à Arzew, petite ville de bord de mer au nord-est d’Oran.

En dépit des différences, connues et dépassées, les 3 amis partagent tout, jeux, vacances, école… mais un fossé croissant de peurs et d’incompréhensions va définitivement les séparer. 

Le récit n’élude rien mais s’efforce simplement de rapporter les conséquences plus ou moins visibles de la « guerre civile » sur la vie quotidienne d’une oasis reculée, loin des centres politiques et décisionnels. Comme les mauvais vents venant du Nord-Est, peu à peu, le vent de l’histoire vient semer la discorde… 

La technique de l’aquarelle est particulièrement agréable bien que très surprenante car peu usitée pour la réalisation d’albums. Elle permet à mon sens de reconstituer parfaitement les tonalités et la luminosité de ces terres très sauvages. Elle n’est pas sans rappeler d’ailleurs la série les Carnets d’Orient de Jacques Fernandez, autre témoignage du destin de cette autre rive méditerranéenne…

ANEDA2

©Steinkis

Au Nord-Est d’Arzew, Steinkis, 2014. 

1 – Un coup d’œil à la BD 

2 – Ils en parlent

Sur Planete BD
Sur Coin BD
Sur Bodoï
Sur Sceneario
Sur Cocotte’s mag
Sur Babelio
Sur Courrier picard
Publicités