Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

JAURESDans sa série Ils ont fait l’Histoire, la maison d’édition Glénat, associée à Fayard, s’attaque à un monument national français rarement évoqué sous le format de la BD. Cependant, cet ouvrage arrive opportunément alors qu’on célèbre actuellement le centenaire de la Grande Guerre et donc, celui de son assassinat. Mieux encore, cette BD vient alimenter la croyance selon laquelle si Jaurès avait (sur)vécu, la marche à la guerre aurait été évitée.

De fait, le parti pris de cette BD s’affiche sans ambiguïté: le prisme d’un récit focalisé sur l’ultime combat pour la paix d’un homme qu’on estime au paroxysme de sa grandeur par sa capacité à “mobiliser toutes les ressources d’une vie d’action et de militantisme”. Ainsi les premières pages de la BD s’ouvrent logiquement sur l’évènement déclencheur du combat de Jaurès, l’assassinat de l’archiduc héritier d’Autriche pour se terminer sur la une de l’Humanité titrant sur le décès de son fondateur. Des retours récurrents sur le passé engagé de Jaurès et ses précédentes luttes viennent rompre la structure chronologique classique du récit aux fins de démontrer le “pouvoir” de persuasion du “héros”.

C’est pourquoi, à mon sens, il convient, avant de se lancer dans la lecture même de la BD, de commencer avec le dossier complémentaire inclus à la fin de la BD et plus particulièrement de lire la partie intitulée “Le making of”. J’y avais songé d’emblée et j’ai finalement interrompu ma lecture après quelques pages pour ce faire.

Car la lecture de cette BD nécessite un peu de persévérence du fait de sa densité. S’appuyant sur l’expertise d’un spécialiste français de Jaurès, elle est particulièrement fouillée et documentée. Les discours, les caricatures, les photos et les articles majeurs de cette période sont largement repris dans le détail pour exalter les talents de tribun que possèdent Jaurès. Pourtant, ils altèrent aussi considérablement le récit, surtout lors des flashbacks. En outre, en apercevant les figures familières de l’époque sur différentes vignettes sans forcément plus d’explications ou d’indications, on commence à douter de ses connaissances scolaires…

En résumé, une BD qui permet une plongée complète et directe au coeur du parti pacifiste français et mettant en avant sa figure de prou à la veille de la “der des der”. Elle évite de peu la vision unilatérale en faisant intervenir des éléments liés à l’assassin de Jaurès et ses mobiles mais elle comporte le défaut majeur de s’adresser à un public averti qui seul s’y retrouvera véritablement. Enfin, même si je suis consciente des limites de l’exercice, j’aurai aimé en savoir plus sur l’homme derrière la « légende », sur ce qui l’a façonné avant de devenir un « martyr de la paix« .

JAURES2

©Glénat, Fayard

Jaurès, Glénat, Fayard, 2014. 

1 – Un coup d’œil à la BD

2 – Ils en parlent

Sur Histoire pour tous
Sur Littérature maçonnique
Sur ActuaBD

3 – Sur Jaurès et la guerre

Une émission de La marche de l’histoire avec pour invité, le spécialiste qui a collaboré à l’album. 
Publicités