Étiquettes

, , , , , , , , , , , ,

MAJR

Old soldiers never die, they just fade away”. Discours d’adieux du Général Mac Arthur au Congrès

Dans la série « les grands capitaines », au sens de meneur d »hommes, la figure emblématique du Général américain Douglas Mac Arthur ne pouvait être ignorée.

La BD se focalise sur 3 épisodes emblématiques et successifs de sa carrière, la perte des Philippines pendant la Guerre du Pacifique (pendant « asiatique » du conflit européen de la Seconde guerre mondiale face aux Japonais) puis la reconquête de toute la façade pacifique en 2 phases majeures. Il n’est cependant nullement question de la reddition du Japon (l’album s’achève après la bataille navale décisive de Leyte) et encore moins de la guerre de Corée, un des points majeurs de cristallisation de la Guerre Froide.

L’ouvrage rend compte de l’abnégation d’un chef déterminé à ne pas demeurer vaincu, d’autant qu’il est contraint d’évacuer vers l’Australie en catimini et en petit comité (avec sa famille notamment) sous la pression du pouvoir politique (sur demande du Président Roosevelt). Ce, sans avoir livré une ultime bataille décisive. Tout est construit sur la promesse solennelle faite par le Général aux Philippins: « Je reviendrai« . Une phrase clé qui fournit fort opportunément le sous-titre de la couverture.

Cependant, ce parti pris ne permet pas selon moi d’appréhender entièrement la stature de ce chef d’exception. La description dans les détails des sauts de puces stratégiques, d’archipels en archipels (Nouvelle-Guinée, Salomon…), n’offre pas de vision d’ensemble de la pensée stratégique. Le cadencement et l’alternance des opérations terrestres et maritimes ne facilitent pas la compréhension des opérations menées pour un néophyte. En outre, le « génie » de Mac Arthur transparaît de manière beaucoup plus flagrante lors de la guerre de Corée, lors de l’opération « Chromite » et du débarquement d’Inchon. Enfin, la dimension politique ou le caractère fantasque du personnage sont assez transparents.

Sur le plan des illustrations, la colorisation a assez mal vieilli.

MAJR2

MAJR3

©Dargaud

En résumé, une BD réservée à des spécialistes ou des passionnés. Mieux vaut au préalable avoir visionné le film éponyme.

Mac Arthur, Dargaud, 1984.

1 – Un autre avis sur la BD

2 – Des ressources sur Mac Arthur (en anglais)

  • Sur Mac Arthur Memorial. Ce site officiel créé en hommage à Mac Arthur comporte en outre beaucoup de podcasts.
  • Sur PBS, un dossier complet.
  • Egalement ici, un résumé de sa carrière en 2′.

3 – Un magnifique texte d’après un discours de Mac Arthur

 

Publicités