Étiquettes

, , , , , , ,

LCDLGIl sentait bon le sable chaud,

Mon légionnaire !

Mon légionnaire(paroles de Raymond Asso et musique de Marguerite Monnot)

De la fin de la Première guerre mondiale aux sables de l’Algérie dans les années 30, le destin tourmenté de Raymond Lecluse, boxeur et poète. Sorte de Rastignac doué et prêt à tout, il tutoie souvent les sommets de la gloire mais finit perpétuellement par le se retrouver dans l’embarras, notamment du fait d’un tempérament sanguin.

Tout pourrait s’arrêter soudainement puisqu’il se trouve très et trop souvent entre la vie et la mort mais le destin s’ingénie à faire perdurer cette sombre existence jusqu’à… ? On quitte notre héros (anti-?) toujours à tenter de poursuivre sa survie au moment où il prétend enfin rédiger péniblement son laborieux roman autobiographique, qu’il souhaite intituler « Les chemins de la gloire ».

La version intégrale propose en supplément un « 5ème album » à cette série en 4 tomes, en réalité un script offrant une fin alternative ou pas… (Daniel Hulet est décédé en 2011, Jan Bucquoy parti vers d’autres horizons).
Les tomes 3 et 4, qui portent sur l’univers de la Légion, sont terribles mais tellement séduisants dans ce récit. La véracité ?

Une saga qui fait des clins d’œil plus ou moins conscients à des films ou œuvres cultes, on oscille entre Quai des brumes, Germinal et Fort Saganne… Un bon divertissement très bien reconstitué qui ne pouvait pas ne pas enchanter les lecteurs de Vécu dans lesquelles paraissaient les premières planches en 1985.

LCDLG2

©Glénat

Les chemins de la gloire, Glénat, 1985 à 2013.

1 – Ils en parlent

Sur Génération BD
Sur Moustique 
 

2 – A propos du dessinateur Daniel Hulet 

Advertisements