Étiquettes

, , , , , , , , , , , ,

Alors que la série Les Borgia fait les bonheur du petit écran, le monde des mangas n’échappe pas à la « contamination ». Nous avons pu ainsi découvrir successivement la parution du one shot Le Prince et de la série Cesare. Si la publication du 1er est passée quasiment inaperçue, la seconde a d’emblée conquis un large public.

Pourtant, ces deux ouvrages partagent plus de points communs qu’il n’y paraîtrait à première vue. En effet, si Le Prince fait rapidement écho à l’oeuvre de Machiavel, contrairement à ce que laisse entendre le titre, ce manga ne reprend pas stricto sensu la célèbre oeuvre mais la replace dans son contexte historique et retrace la vie de son auteur. Dans ce contexte, bien évidemment, la rencontre et la relation entre Machiavel et Cesare Borgia, source majeure de sa réflexion, est relatée de manière détaillée.

Or, c’est justement à la « génèse » de ce « phénomène » que s’intéresse la série Cesare.

Dans cet « article », je mets volontairement de côté les deux séries menées par Alejandro Jodorowsky, d’une part, Borgia (plusieurs éditeurs pour la version française depuis 2004) et plus récemment Le pape terrible (Delcourt, à partir de 2009). La 1ère servie par la beauté et la grâce du dessin de Manara s’intéresse en effet beaucoup plus aux dépravations et excès en tous genres perpétués à cause ou pour l’exercice du pouvoir. Cette série est donc « réservée » à un public averti. La 2nde est un prolongement de la 1ère quoiqu’un chouia plus « policée ». Elle se centre sur le personnage ambiguë de Jules II, successeur d’Alexandre VI Borgia, notoirement connu pour avoir pris physiquement la tête de ses armées et parallèlement mécène des plus grands artistes de la Renaissance.

LP

Le Prince, Soleil, 2012.

1 – Les +

Après une explication détaillée et fouillée des différents épisodes politiques et des guerres qui touchent Florence et les autres cités italiennes rivales, les dernières pages de l’ouvrage récapitulent les principales leçons et postulats proposés dans cet ouvrage de référence.

L’explication (même si c’est en conclusion) sur la postérité de l’œuvre. Longtemps décriée, elle ne fait l’objet d’une réhabilitation et d’une véritable étude que très récemment. Dès lors, il est aisé de comprendre la création relativement inappropriée d’ailleurs et la popularisation de l’adjectif « machiavélique »!

Un bon moyen de comprendre la réflexion stratégique à la manière de l’adaptation assez ancienne de L’Art de la guerre de Sun Tzu chez la maison d’édition Vent d’Ouest (consulter la section photos de mon profil pour retrouver cette partie dans l’onglet qui lui est consacré).

2 – Les –

On regrettera cependant parfois un déroulé strictement chronologique pour des événements très complexes dont le déroulé peut paraître rébarbatif. Mieux vaut être bien éveillé pour tout comprendre. Second bémol: le dessin assez basique. J’avoue que je n’avais pas acheté de prime abord cette interprétation du Prince car j’avais été quelque peu échaudée par la manière dont avait été traité Le capital lors de la publication du premier titre d’une série de « vulgarisation » de grandes œuvres chez Soleil Manga.

3 – Ils parlent du Prince

Sur ACtuaBD
Sur PlanetBD
Sur Shoshosein
Sur Chroniques d’un newbie

 

CESARE

Cesare, Ki-oon.

 

1 – Les +

Loin des idées préconçues, ce manga entend jeter un nouveau regard tout en contraste sur un véritable mythe. L’ovni du Quattrocento était-il vraiment celui que nous pensons ? « Machiavélique » dans l’acceptation la pire de la définition? Quel fut son parcours « initiatique »? Dans quel milieu évoluait-il ? Comment a-t-il pu développer ses idées politiques et ses conceptions ? Comment expliquer son émergence ?

Le fait d’entrer au cœur du débat par le petit bout de la lorgnette, en l’occurrence, par le biais d’un personnage fictif touchant de naïveté permet aisément de s’identifier.

Le graphisme est particulièrement soigné. Chaque vignette et thème abordé fait l’objet de recherches historiques minutieuses et bénéficie des conseils éclairés d’un spécialiste de la période. Un petit bijou qui ne peut pas laisser indifférent. Un Cesare Borgia fascinant dans ces bons comme ces mauvais aspects.

Les riches bonus documentaires tels qu’un lexique et les références en début et en fin de chaque tome.

2 – Les –

Au début de l’histoire, la répétitivité du prétexte de la maladresse permanente du jeune Angelo pour provoquer ses rencontres avec Cesare.

3 – Ils parlent de Cesare

Présentation sur Adala News
Présentation sur Parou.fr
Avis sur Digital univers.com
Avis sur Le blog de Manganist

4 – Interview de l’auteur de Cesare

 

5 – Lire le manga en ligne en version anglaise

  

À propos du Pape terrible de Jodorowsky

 

LPTJ

 

BIJ

Advertisements